Mahmoud Ibrahime 

Saïd Mohamed Cheikh, un notable comorien au Palais Bourbon (1945-1961)

ISBN : 979-10-91275-20-0

EAN : 9791091275200

Saïd Mohamed Cheikh (1904-1970) a été élu pour la première fois à l'Assemblée Nationale française en 1945 pour la Première Constituante. Il quitte l'Assemblée en 1961 pour devenir Président du Conseil de Gouvernement des Comores, poste qu'il a fortement contribué à créer dans le cadre de l'autonomie interne.
Durant les 16 années passées au Palais Bourbon, SMC, évolue dans les Commissions, prend la parole en pleine assemblée et devient très rapidement un "député français".
Après avoir montré ces évolutions, l'auteur analyse les 40 discours et dépôts de textes que le député des Comores a fait pendant ces 16 ans à l'Assemblée Nationale. Il dégage le vocabulaire de base du discours cheikhiste, les thèmes qu'il aborde et la manière dont il s'exprime à l'Assemblée.

Présentation du 2e livre de Mahmoud Ibrahime sur Cheikh. L’historien Mahmoud Ibrahime a présenté hier au Cndrs son livre intitulé « Said Mohamed Cheikh, un notable comorien au palais-Bourbon de 1945 à 1961». Il s’agit du second ouvrage de l’auteur sur Said Mohamed Cheikh. 

Selon Mahmoud Ibrahime, Said Mohamed Cheikh fut l’homme politique le plus actif sous la période coloniale. Il a décrit l’homme comme «un notable reconnu et cultivé (Mustaa’rabu)». Sa formation de médecin à Madagascar (il a fait quatre ans d’études) et ses activités politiques, notamment en tant que député de la troisième circonscription de Madagascar, membre des deux constituantes en 1945 et 1946, puis député de l’assemblée nationale française jusqu’à la fin de 1961, font de lui un personnage à part. Tout au long de son mandat de parlementaire, il aurait produit quarante textes, notamment des discours, des résolutions et autres.

C’est l’homme politique qui a retenu l’attention de l’historien Mahmoud Ibrahime. «Ce livre parle de l’évolution de Said Mohamed Cheikh au Palais Bourbon. Mon travail consistait à savoir si l’homme politique a pu développer une pensée politique dans ses discours à l’assemblée nationale française et s’il ressort de ces discours une certaine idéologie», a-t-il dit.

Il est d’abord revenu sur les multiples mandats de Cheikh. «Il a été élu pour la première fois le 21 octobre 1945 à la troisième circonscription, au moment où les Comores étaient rattachées à Madagascar dans le cadre de l’assemblée constituante», a-t-il rappelé.

A l’assemblée nationale française, il a fait partie de plusieurs commissions, dont celle de l’éducation nationale, de la marine marchande, de la famille, de la santé publique... «Ce ne sont pas forcément des commissions qui l’intéressaient, ce qui l’intéressait, c’est d’abord son territoire, mais il n’avait pas d’autre choix», a fait savoir Mahmoud Ibrahim. A l’en croire, c’est de 1951 à 1956, après avoir obtenu la reconnaissance de ses pairs, qu’il est parvenu à s’imposer ; il entra alors dans la seule commission chargée de l’Outre-mer et en devient le secrétaire. S’il a toujours voulu faire partie des membres de cette commission, c’est, dira l’historien, pour «faire bouger les choses aux Comores».

De retour à l’assemblée en 1959, il a atterri dans la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République. «Il s’est alors imposé dans l’archipel de 1945 à 1961 comme l’homme politique le plus important. Parfois, il parlait de l’islam en France, de la Palestine et, très souvent, des Comores, précisant que c’est une chance pour la France d’avoir une colonie musulmane dans l’océan Indien», a-t-on appris.

Après la présentation du livre, des étudiants et enseignants ont fait quelques observations sur le livre ; un débat entre l’auteur et le public s’en est ensuite suivi.

Docteur en Histoire, spécialiste de l’histoire coloniale, Mahmoud Ibrahime est l’auteur de nombreux ouvrages et articles sur l’archipel des Comores et son élite politique. Il est aussi l’auteur du manuel d’histoire des classes de 6ème et 5ème aux Comores. Parallèlement à son métier d’enseignant à Paris, il dirige la maison d’édition Cœlacanthe.

 

Abouhariat Saïd Abdallah.

Alwatwan, 21 février 2015

LIVRAISON EXPRESSE

© 2013 - 2017 © Cœlacanthe

ADRESSE
ABONNEMENT NEWSLETER
RÉSEAUX SOCIAUX

15 rue Pierre Mendes France
94600 Choisy le Roi


Tél : 06 34 57 65 32
Du lundi au vendredi, de 10h à 18h

 

Email : eds.coelacanthe@gmail.com

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

FAQ

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle